Retour à la page d'accueil
Retour au sommaire

Docteur, ma gencive se rétracte !

 

        

                                 LE “DECHAUSSEMENT DES DENTS”
                            (ou parodontopathie ou maladie parodontale)


Dans ce chapitre ne seront qu’évoqués quelques médicaments homéopathiques car l’auto-médication est totalement déconseillée, sous peine de perdre ses dents. 

Comment comprendre la place de l’homéopathie dans le traitement des parodontopathies ?

Tout d’abord, certains actes doivent être entrepris systématiquement = détartrages soigneux, maîtrise de l’hygiène bucco-dentaire, recherche et suppression de toutes causes locales et générales. Ensuite, selon chaque cas, exécution de certains actes spécialisés, comme la chirurgie parodontale, le comblement des pertes osseuses, etc...

L’homéopathie peut avoir un rôle préventif:

A l’occasion d’une visite de contrôle ou lors d’une affection banale (poussée d’aphtes par exemple), le dentiste homéopathe peut mettre en évidence l’indication d’un médicament d’action profonde à partir de quelques signes fonctionnels et donc réversibles. Mais, si ce médicament possède en plus dans sa matière médicale, la maladie parodontale, il est évident qu’en le donnant précocement et en contrôlant son action par des visites régulières, il est possible d’empêcher la maladie d'évoluer.

Voici un exemple = un patient d’environ 50 ans vient consulter pour des douleurs dentaires qu’aucune cause locale n’explique. L’interrogatoire révèle que ces douleurs surviennent presque toujours par temps froid et humide. On apprend de plus que cet homme a des verrues ou quelques troubles digestifs peu importants comme par exemple une flatulence abdominale avec quelques coliques ou une diarrhée urgente peu après le petit déjeuner. Tout cela est suffisant pour individualiser l’indication d’un médicament = NATRUM SULFURICUM, le sulfate de soude.

N’importe quel praticien homéopathe connaissant la matière médicale sait que celle-ci précise pour ce médicament “Les dents se gâtent et tombent prématurément”. L’attitude thérapeutique est simple = empêcher que les dents se gâtent et tombent. Comment ? Surveillance, hygiène, détartrage aussi souvent que nécessaire, prescription du médicament pendant quelques mois, le plus souvent en coopération avec un médecin homéopathe. 

L’homéopathie peut accompagner la chirurgie parodontale:

La prise en charge du traitement d’une maladie parodontale demande plusieurs semaines à partir des premières séances de diagnostic, de motivation, jusqu’à la dernière intervention.

Durant tout ce temps, un traitement homéopathique peut être proposé pour lutter contre les différents facteurs pathogènes. Par exemple = ARNICA sera pris avant et après chaque acte chirurgical, PYROGENIUM a une action sur la flore microbienne, ECHINACEA peut réduire un processus infectieux, etc...

Ensuite, il existe de très nombreux médicaments homéopathiques qui ont une action directe sur la gencive et sur les dents. De plus, ce n’est sans doute pas par hasard que certains patients présentent une maladie parodontale qu’aucune cause locale ne peut expliquer. C’est ce que l’on appelle le rôle prédisposant du “terrain”. Les homéopathes ont dégagé de leur pratique une conception de ces “terrains” de prédisposition et possèdent plusieurs médicaments d’action profonde. 


Retour au sommaire

 

 

 
Copyright © 2002 ASSOCIATION ODONTO-STOMATOLOGIQUE D'HOMEOPATHIE
19, avenue de la République  91300 MASSY
Dernière modification : 13 novembre 2011