Retour à la page d'accueil
Retour au sommaire

Docteur, mon enfant a beaucoup de caries !

 

Enfant de morphologie dystrophique ou fluorique

 

Enfant de morphologie longiligne ou phosphorique

(Photos J. Jouanny)

Intoxication "modérée" des dents par le fluor

Est-il nécessaire de préciser ici qu’aucun médicament homéopathique ne pourra “guérir” une carie ! L’intervention du chirurgien-dentiste est indis-pensable.

Cependant, il est normal de se poser des questions lorsqu’un patient qui n’a jamais eu de carie pendant vingt ou trente ans, voit plusieurs dents se carier sans explication, car rien n’a changé dans les habitudes hygiéniques ou alimentaires. Il existe des solutions et des médicaments homéopathiques pour stopper cette nouvelle orientation pathologique.

De plus, il existe en homéopathie une conception médicale des types morphologiques qui présentent, chacun, des tendances ou des prédispositions à faire un jour ou l’autre telle ou telle maladie, ou des problèmes de croissance et en particulier de la minéralisation des os et des dents. Un praticien homéopathe peut donc chez le tout jeune enfant, déterminer ceux qui ont ou auront une tendance à produire des caries, souvent peu après l’éruption des dents (voir ci-contre les photos de deux “types” prédisposés). Un traitement précoce par un ou plusieurs médicaments homéopathiques, associé à un régime alimentaire adapté, permet de prévenir les risques potentiels. Il convient donc de consulter très tôt un praticien homéopathe, chez le nourrisson ou le tout jeune enfant. D’autant plus que les risques dentaires ne sont pas uniques ou isolés.

Parmi les médicaments homéopathiques convenant à la prophylaxie des troubles de la croissance, et donc de la minéralisation des dents, il convient de citer ici: CALCAREA CARBONICA, CALCAREA PHOS-PHORICA, CALCAREA FLUORICA, SILICEA, et quelques autres. Leur prescription doit être réfléchie et il appartient à un praticien expérimenté en homéopathie de les déterminer pour chaque enfant.

Quand faut-il demander un avis au praticien ?

Un type morphologique présentant un risque de troubles de la minéralisation des dents se reconnaît très précocement, parfois même pendant la grossesse, à partir de l’observation des parents. De plus, le fluor, largement préconisé en médecine officielle dès les premiers mois de la vie, peut se révéler néfaste ou dangereux pour un certain type morphologique que les homéopathes appelaient “type fluorique” autrefois, “dystrophique” aujourd’hui. Avant d’accepter la prévention par le fluor pondérable, il est donc très utile de demander l’avis d’un praticien homéopathe. 

Retour au sommaire

 

 

 
Copyright © 2002 ASSOCIATION ODONTO-STOMATOLOGIQUE D'HOMEOPATHIE
19, avenue de la République  91300 MASSY
Dernière modification : 13 novembre 2011