Retour à la page d'accueil
Retour au sommaire

Docteur, j'ai des aphtes !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

La noix vomique ou NUX VOMICA

 Les aphtes sont des ulcérations non spécifiques de la muqueuse buccale, dont la cause est encore aujourd’hui mal connue. On sait qu’il s’agit d’une maladie auto-immune, c’est-à-dire d’un trouble du système immunitaire, l’organisme fabriquant des anticorps contre ses propres tissus.
Dans la plupart des cas, les aphtes n’ont aucun caractère de gravité malgré les douleurs qui peuvent être très désagréables et perturbent la mastication et la phonation. Il existe cependant des formes très graves qui nécessitent des traitements lourds réservés aux services hospitaliers.
Cependant, il ne faut jamais négliger cette affection car des aphtes banals peuvent être les premiers symptômes de maladies graves dont la maladie de Behçet, maladie systémique aux redoutables complications neurologiques (dont la cécité). Cette maladie peut se manifester pendant des mois par seulement des aphtes buccaux ou/et génitaux.
Il est donc prudent et nécessaire de consulter dès que les aphtes ont tendance à récidiver, d’autant plus que l’homéopathie se montre très efficace dans le traitement de fond, avec l’avantage d’une innocuité totale.

En première intention:

Dès l’apparition d’un ou de plusieurs aphtes, les badigeonner ou faire des bains de bouche avec:

CALENDULA T.M. = action calmante, désinfectante et cicatrisante sur les plaies et ulcérations.
+
HYDRASTIS T.M. = action calmante et cicatrisante. L’ulcération est recouverte d’un exsudat blanchâtre ou jaunâtre adhérent. Les aphtes sont plus fréquents sur la face interne de la lèvre inférieure.

                                 oOo

Pour les aphtoses banales, le traitement en médecine classique se limite à des produits d’action locale qui n’ont d’autres buts que d’anesthésier l’ulcération ou de la désinfecter. Mais il n’existe pas de traitement de fond, empêchant les récidives. Ce n’est pas le cas en homéopathie, c’est même l’une de ses indications les étonnantes par ses succès. Il n’est pas question de développer ce chapitre, réservé aux praticiens. 
En attendant la consultation spécialisée, il est possible de prendre l’un des médicaments suivants, à condition que le patient en présente les symptômes et en sachant qu’il existe de très nombreux médicaments éventuels.

MERCURIUS SOLUBILIS:

C’est le plus fréquent des remèdes d’aphtose buccale. Il s’agit d’un médicament d’action profonde aux indications multiples. Dans le cas d’une aphtose, il est nécessaire de trouver les signes suivants:

* Bouche malsaine et enflammée = gencive enflée, saignant facilement, spongieuse, sensible au toucher.
* Mauvaise haleine avec une salivation profuse, pire la nuit au point de tacher l’oreiller.
* Langue flasque, recouverte d’un enduit jaunâtre, les bords gardent l’empreinte des dents.
* Les douleurs sont brûlantes, aggravées la nuit et par les boissons trop chaudes ou trop froides.
* Les ulcérations présentent un fond grisâtre, elles se couvrent souvent d’une fausse membrane, elles s’étendent en surface avec des bords irréguliers.

On donne = MERCURIUS SOLUBILIS 7 CH, trois granules le matin et le soir, accompagnés du bain de bouche décrit plus haut.

A noter = lorsque l’on reconnaît chez un patient le tableau ci-dessus et que les symptômes sont encore plus marqués (douleurs particulièrement brûlantes notamment, ulcérations plus profondes...), on peut donner MERCURIUS CORROSIVUS dans les mêmes conditions.


BORAX:

Ce médicament semble efficace dans le traitement de l’aphtose du nourrisson lors des poussées dentaires, à condition que le bébé soit agité, sensible au moindre bruit, facilement effrayé, et surtout qu’il craigne le moindre mouvement d’inclinaison en avant et en bas, c’est-à-dire lorsqu’on le couche dans son berceau (mais il se calme dès que couché).
BORAX peut convenir également à l’aphtose de l’enfant plus grand, voire de l’adulte. Les aphtes apparaissent plus volontiers sur la langue et sur la face interne des joues. La bouche est chaude. Les aphtes sont très douloureux, notamment en cas de contact avec les aliments (mais ceci est banal). Parfois, les aphtes sont accompagnés de troubles digestifs = nausées, vomissements, ballonnement avec coliques et borborygmes, diarrhée brûlante en bouillie jaunâtre, fétide.
On donne BORAX 5 CH, trois granules trois fois par jour ou en 7 ou même 9 CH si le patient est agité, nerveux, anxieux chaque fois qu’il se penche en avant.


ARSENICUM ALBUM:

Le tableau buccal de ce médicament est très voisin de celui de MERCURIUS, avec cependant quelques différences. Les douleurs brûlantes d’ARSENICUM ALBUM sont améliorées par les boissons chaudes et aggravées par les boissons froides. Il est fréquent de constater une aggravation de la douleur en pleine nuit, entre 1h et 3h. Ensuite, une affection surtout douloureuse provoque toujours chez ARSENICUM ALBUM une certaine agitation anxieuse. Le patient se croit souvent atteint d’une maladie plus grave qu’elle ne l’est réellement (c’est parfois vrai !), ce qui crée l’anxiété et l’agitation.
ARSENICUM ALBUM convient parfaitement en cas d’aphtose buccale au cours ou juste après une intoxication alimentaire. 
On le donne en 7 CH une fois par jour, avec le bain de bouche déjà décrit. Il faut consulter s’il n’y a pas d’amélioration des douleurs dans les 24 heures.


NUX VOMICA:

Il est classique de présenter ce médicament, la noix vomique, comme LE médicament des sujets surmenés et poly-intoxiqués, si fréquents actuellement. On l’associe volontiers aux cadres actifs, aux intellectuels surchargés de travail, incapables de prendre le repos nécessaire et surtout soumis à une hygiène de vie déplorable: manque d’activité physique relaxante, abus alimentaires, excès d’aliments gras, d’alcool, de plats en sauce, de tabac, de café, d’excitants de toutes sortes. Ils sont également enclins à des excès médicamenteux = antalgiques pour le mal de tête, anti-acides pour les brûlures d’estomac, laxatifs pour la constipation, somnifères, etc... Le tout aboutit à un état d’excitation perturbant profondément le comportement, notamment avec les proches (famille, secrétaire, collaborateurs) = coléreux, irascible, impatient, intolérant, mauvaise humeur, mais souvent vite calmé.
L’aphtose buccale est banale en elle-même. Mais elle s’inscrit dans un tableau clinique fait de plusieurs éléments = le comportement, des troubles digestifs comme la bouche pâteuse, la gencive enflammée, la mauvaise haleine (pire le matin au réveil), le saignement de la gencive, la constipation avec des faux besoins urgents et inefficaces, le besoin de desserrer la ceinture juste après le repas en raison d’un ballonnement, le besoin de faire une sieste après le repas (qui améliore), la migraine, etc...
NUX VOMICA 7 CH trois granules deux à trois fois par jour laisse le temps de prendre rendez-vous avec son praticien.


NITRI ACIDUM:

L’acide nitrique est un acide particulièrement caustique, ce qui explique que les aphtes soient profonds, avec des bords irréguliers, surélevés, le fond bourgeonne et saigne au moindre contact. Au début, l’ulcération est toute petite, comme la tête d’une épingle, puis elle s’agrandit en surface et se creuse. Il est très fréquent qu’en plus des douleurs brûlantes habituelles, le patient ressente une douleur piquante comme s’il y avait une épine ou une arête fichée dans l’aphte.
Par ailleurs, le comportement est modifié dans le sens de l’excitation, avec colère, irascibilité, méchanceté, hypersensibilité aux bruits, mais tout l’ensemble est curieusement amélioré lorsque le patient est en voiture !
NITRI ACIDUM 7 CH trois granules deux à trois fois par jour dans l’attente de la consultation.

                                 oOo

Il existe bien d’autres médicaments qu’il est impossible de décrire tous et en détail (La matière médicale homéopathique en comprend environ 125 !). 

De plus, l’aphtose buccale récidivante est particulièrement bien prise en charge par un traitement de fond que le praticien pourra prescrire après une consultation minutieuse. 

Retour au sommaire

 

 

 
Copyright © 2002 ASSOCIATION ODONTO-STOMATOLOGIQUE D'HOMEOPATHIE
19, avenue de la République  91300 MASSY
Dernière modification : 13 novembre 2011