Retour

PULSATILLA

   

         Plusieurs noms désignent cette renonculacée = "anémone pulsatile", "Pulsatilla vulgaris", "Coquelourde", Coquerelle", "Fleur de Pâques". Hahnemann a réalisé la première pathogénésie, publiée en 1805. La teinture-mère est préparée avec la plante entière, fleurie, à l'état frais.

              La principale caractéristique est:
 
 

       Extrême variabilité des symptômes qui s'accompagnent de congestion veineuse et de sécrétions muqueuses, épaisses, jaunâtres et non irritantes.

 


           L'expérience clinique montre les cibles privilégiées de Pulsatilla: le système veineux et les muqueuses, avec un balancement entre les deux. La pathologie est dominée par des phénomènes de congestion et de stase veineuse.

Rappels sur quelques notions de "type sensible"


              Cette notion découle d'abord de l'expérimentation homéopathique, ensuite sur l'expérience clinique des praticiens. Au cours de l'expérimentation, tous les sujets ne réagissent pas, surtout aux faibles dilutions. Ceux qui réagissent ont quelques chose en comme = soit une morphologie particulière lorsqu'il s'agit de substances appartenant à l'organisme, intervenant donc dans les métabolismes, c'est le cas pour les sels de calcium, à l'origine de la conception des constitutions minérales de Antoine NEBEL - soit un comportement particulier = timidité pour Pulsatilla, colère pour Nux vomica, méticulosité pour Arsenicum album, précipitation pour Argentum nitricum, etc...
          

     Ainsi pour Pulsatilla = le type sensible est celui d'une blonde timide, rougissant facilement à la moindre émotion.

     Le moins que l'on puisse dire est que ce type est très éloigné de celui de Hahnemann qui a réalisé la première expérimentation. C'est ici l'occasion de rappeler que l'on ne prescrit jamais sur un type sensible. Le même type peut correspondre à des médicaments différents. Le choix du médicament semblable repose obligatoirement sur la similitude des symptômes = ceux du médicament d'un côté, ceux d'un malade de l'autre.


MATIÈRE MÉDICALE CLINIQUE

          Le comportement de Pulsatilla est significatif, quels que soient sa morphologie, son teint, la couleur de ses cheveux ou son sexe, même si le sexe féminin est plus fréquemment concerné. C'est un sujet doux, docile, affectueux, émotif, impressionnable, pudique, timide, indécis. On le constate rapidement dès le premier contact de la première consultation.

          S'il pleure facilement, il passe rapidement du rire aux larmes ou des larmes au rire. Il recherche la sympathie, parfois avec une insistance touchante, il aime la consolation (au contraire de Natrum muriaticum ou de Sepia). Et contrairement à ces deux médicaments, il craint la solitude et recherche la compagnie. Attendant beaucoup des autres, il est vite et souvent déçu, blessé profondément, mais vite rassuré par la consolation. On retrouve là un trait caractéristique de ce médicament = l'extrême variabilité des symptômes.    L'humeur varie dans la même journée au gré de divers facteurs affectifs ou physiques. Lorsque la phase dépressive domine, le sujet est triste mais comme résigné. Dans des cas extrêmes, le sujet peut sombrer dans une forme scrupuleuse et religieuse, pouvant être coupée rapidement par des accès brusques de caprices, de peurs, de susceptibilité ou de jalousie soupçonneuse.

          Sur le plan pratique, la consultation avec un sujet Pulsatilla est délicate. Si le praticien fait preuve de compréhension, et pire de compassion, le sujet peut l'interpréter faussement, surtout s'il s'agit d'un praticien et d'un patient de sexe opposé. Pulsatilla a peur du sexe opposé, par timidité excessive, par pudeur exagérée. mais mise en confiance, elle se livre à fond  ce qui peut expliquer une déception dès lors qu'elle ressent une restriction de son interlocuteur. Pou oser une plaisanterie = un homme aura peu de peine à séduire une femme Pulsatilla dès lors qu'il lui parlera d'amour, de grands sentiments. Mais attention, c'est comme un chewing-gum, difficile de s'en débarrasser ! Sans compter les dégâts affectifs consécutifs, mais rappelons qu'il s'agit d'une plaisanterie car un homme bien éduqué ne se comporte pas ainsi !

Les grandes tendances pathologiques:

          L'expérience clinique des praticiens permet de classer Pulsatilla parmi les médicaments du mode réactionnel tuberculinique, en particulier lors

de la première phase : 

            C’est la phase dite « oxygénoïde » caractérisée par une augmentation rapide des oxydations et consommation accrue d'oxygène. 

            Alors que chez un psorique sthénique type SULFUR les prodromes d’une manifestation pathologique aiguë sont quasi inexistants (vite atteint, vite rétabli = ACONIT), un sujet tuberculinique met plusieurs jours à exprimer sa maladie. Durant ces quelques jours, il se sent fatigué, il a de la température (mais peu élevée), il devient pâle, parfois anorexique, il craint la chaleur confinée, a besoin d’air. Bref, « il se passe quelque chose ».  

            Pendant cette phase la variabilité des symptômes laisse perplexe. On la retrouve dans PULSATILLA, ainsi que la congestion veineuse périphérique, qui l’explique

            Puis, une affection s’exprime enfin, le plus souvent au niveau d’une muqueuse, parfois au niveau d’une séreuse, ou encore au niveau de la peau. C’est alors une inflammation aiguë, ou sub-aiguë, avec sécheresse des muqueuses et les signes généraux qui se précisent ou s’aggravent : asthénie (par hypo-surrénalisme), manifestations hyper sympathicotoniques (éréthisme cardio-vasculaire = palpitations, polypnée, hypersensibilité à la douleur, etc...). On reconnaît ici l’indication de BRYONIA. La congestion veineuse périphérique s’accentue avec intolérance à la chaleur confinée et besoin d’air, alors que ces sujets sont généralement très frileux et s’enrhument facilement par temps froid.

           Mais, même en dehors de toute pathologie aiguë ou subaiguë, le sujet Pulsatilla est avide de grand air qui l'améliore, il ne peut supporter la chaleur, surtout dans des lieux fermés.  Lorsque l'on trouve chez un patient le fait qu'il éprouve des douleurs dentaires dès qu'il entre dans une pièce surchauffée en venant du froid, suffit à la prescription de Pulsatilla. Cependant, ce sujet facilement, même dans une atmosphère chaude et doit aller au grand air, il doit remuer = en fait il a besoin d'activer sa circulation sanguine en raison de sa tendance à la congestion veineuse périphérique.

            De nombreux troubles expriment les conséquences de la congestion veineuse et de l'hyposphyxie veineuse = engelures en hiver, douleurs erratiques, troubles des muqueuses avec des poussées congestives traînantes. Ce sujet a du mal à s'endormir, transpire la nuit, surtout entre 2h et 5h du matin (et curieusement, souvent d'un seul côté du corps), incontinence d'urines nocturnes. Le réveil est difficile et tardif, avec des palpitations, des céphalées. Lorsqu'il y a des douleurs celles-ci sont erratiques, très changeantes dans leur localisation et dans leur forme, mais elles apparaissent et augmentent  habituellement brusquement et disparaissent lentement.  Tous ces troubles sont pires lorsque la congestion veineuse augmente et s'améliorent lorsqu'elle diminue.

          La circulation veineuse est toujours instable et mobile (la patiente rougit facilement), mais elle est surtout ralentie => stase tendant vers l’ectasie. D’où:


Dessin des
Drs NOWAK et N'Guyen

bullet

cuisses, de fins réseaux capillaires tranchent sur la coloration pâle ou rosâtre de la peau.
 

bullet

Les mains sont rouges, surtout par temps froid et les veines du dos des mains sont apparentes.
 

bullet

Le bas des jambes et les genoux sont rouge violacé, tendance aux engelures des extrémités en hiver.
 

bullet

 Dilatations veineuses, varices, phlébites, tendance aux ulcères variqueux, aggravation des douleurs par la chaleur, les applicacongestion des capillaires veineux et des petites veines => varicosités aux pommettes, aux ailes du nez, à la face, aux tions chaudes ou les enveloppements adhésifs. Mauvaise tolérance du chauffage par le sol.

 

bullet

Aggravation par tout ce qui ralentit la circulation veineuse et les échanges et qui augmente la congestion = chaleur, repos, membres pendants, humidité...
 

bullet

Amélioration par tout ce qui diminue la congestion veineuse = froid, mouvement, marche lente, massage, après une élimination, dont les règles.

Quelques autres indications de Pulsatilla:

 
bullet

Céphalée congestive avec douleurs déchirantes irradiant vers la temps. Pesanteur et battements améliorés par la pression et sensation de brisure dans la région frontale, aggravation par la chaleur, amélioration en plein air et par un bandage serré.

bullet

Céphalée après avoir trop mangé, surtout des aliments trop gras. Hémicrânie occipitale ou sus-orbitaire pire à droite (comme Cedron). Vertiges le matin au réveil obligeant la malade à se recoucher, avec nausées.

bullet

Otorrhée chronique mucopurulente, non irritante, parfois un peu fétide. Douleur aiguë comme si quelque chose forçait pour sortir de l'oreille.

bullet

Métastases ourliennes ou gonococciques = orchites, ovarites, mammites survenant après les oreillons. Peu de douleurs, peu de sensibilité au contact, mais intolérance à la chaleur et amélioration par le froid et par l'air frais.

bullet

Embarras gastrique avec douleurs et pesanteur une heure après avoir mangé avec distension abdominale obligeant à desserrer les vêtements. Diarrhée après avoir mangé des fruits ou des boissons glacées. Jamais deux selles semblables. Hémorroïdes douloureuses.

Hélas, il y a bien d'autres troubles non décrits ici !

 

Les troubles bucco-dentaires de

PULSATILLA
 

 

 
bulletBouche sèche avec absence complète de soif (même en cas de fièvre !). Sécheresse buccale surtout le matin. Pulsatilla est l'un des principaux médicaments du syndrome de Gougerot- Sjögren.
bulletMauvaise haleine, surtout le matin. Les bains de bouche même répétés ne changent rien !
Mauvais goût dans la bouche le matin au réveil
bulletLangue recouverte d'un enduit jaunâtre adhérent comme une fausse membrane. Varices des veines sub-linguales.
bullet

Nombreuses douleurs dentaires, surtout après contact avec un aliment chaud ou une boisson chaude. Et même = douleurs dentaires dès que je sujet entre dans une pièce chaude en venant du froid. Douleurs dentaires à la chaleur du lit. Douleurs dentaires après suppression intempestive des règles.

 


 

 


En souvenir du Dr Pierre BARBIER (1916-2002)

"Quelques commentaires
sur Pulsatilla"

publiés dans la revue "L'Homéopathie Française" - 1981 n°1

 

               Il n’est certes pas facile de faire montre d’originalité avec Pulsatilla. Alors, allons-y.

              Voici deux soeurs: 21 et 17 ans, blondes, roses, timides: toutes les deux prototypes de Pulsatilla avec tous les signes des bouquins, des Pulsatilla étalons en platine iridié !

           Chez l’aînée, c’est l’acné qui l’a amenée à consulter, aggravé avant les règles comme dans Sarsaparilla; mais PULSATILLA 9 CH et SULFUR IODATUM 9 CH à 15 jours d’intervalle, avec entre: les mêmes en 5 CH, JAMBOSIA en 4 CH et PROGESTERONE en 9 CH le 10° jour avant les règles la débarrasseront de cette éruption disgracieuse.

            Quant à la plus jeune, son fiancé est mort asphyxié par un chauffe-eau défectueux. Elle avait alors 15 ans... et la voilà sevrée affectivement et sexuellement. Elle se refuse à refaire sa vie ailleurs. GELSEMIUM et CYCLAMEN en 9 CH avec PULSATILLA à diverses dilutions l’aideront considérablement. Il me faudra ajouter GOSSYPIUM pour faciliter les règles dont l’apparition semble imminente. Mais aucune prescription n’a pu jusqu’à présent l’inciter à trouver une compagnie masculine. La crainte du sexe opposé de Pulsatilla lui vient maintenant, à moins je le crois, qu’elle n’entende rester fidèle à ses souvenirs.

          J’ai eu une patiente (alors pas Pulsatilla du tout, elle, plutôt Platina), une belle brune qui menait la grande vie, une dévoreuse d’hommes, un Don Juan en jupons. Messaline à côté d’elle, une dame patronnesse, un parangon de vertu. Un beau jour, elle tombe veuve (sic). Sapristi, pensais-je, aucun frein maintenant, ça va barder. Et bien, pas du tout. De ce jour-là, elle mena une vie monacale stricte, désirant rester fidèle à la mémoire de son mari qui, le pauvre diable, en avait vu de toutes les couleurs, et du jaune en particulier ! Authentique, la nature féminine réserve de ces surprises !

          Voilà maintenant Pascale L. Encore une Pulsatilla pure, une femme dont l’émotivité, la variabilité, la dysménorrhée, l’acrocyanose appelaient notre remède. Sa maman était là, évidemment. Je demandais si elle avait un goût fade, comment étaient ses selles... A chaque fois, elle se tournait vers sa mère. Pulsatilla fit merveille...

Retour
 

 

 
Copyright © 2002 ASSOCIATION ODONTO-STOMATOLOGIQUE D'HOMEOPATHIE
19, avenue de la République  91300 MASSY
Dernière modification : 29 décembre 2011