Retour

 Maurice
FORTIER-BERNOVILLE

(1896-1939)


Le Dr Fortier-Bernoville est né à Paris le 25 septembre 1896, il décède à l'âge de 41 ans le 9 décembre 1939.

Ancien externe des hôpitaux de Paris, il soutient une thèse en 1924 et devient médecin de l’Hôpital Léopold-Bellan, sous le patronage de Charles Mondain.
 

Il crée et dirige l’Ecole française d’homéopathie, qui refuse tout sectarisme et est ouverte, non seulement à l’empirisme mais aussi à la démarche scientifique. Il fonde “L’homéopathie moderne” (1932), revue qu’il dirige jusqu’à sa mort. Il fonde sa pratique et la recherche en homéopathie sur une méthode scientifique, appuyée sur la clinique, le laboratoire, le bon sens, qu’il oppose à une homéopathie “kentiste”.

Clinicien hors pair, excellent pédagogue, il reconnaît les limites de l’homéopathie et le besoin parfois d’utiliser une autre thérapeutique.
 

Maurice Fortier-Bernoville a été membre de la Société française d’homéopathie, de la Société rhodanienne d'homéopathie et de la Ligue médicale internationale d’homéopathique.

FORTIER-BERNOVILLE se situe dans le sillage d’Antoine NEBEL dont il accepte la conception des constitutions minérales, du tuberculinisme et de son identification à la psore et la nécessité du drainage. Seulement, et c’est logique, FORTIER-BERNOVILLE et son équipe se proposent de rénover ces conceptions en les passant au crible des sciences médicales de leur époque.
 

Notamment, FORTIER-BERNOVILLE commence à battre en brèche la « pureté » de la constitution carbo-calcique, il récuse l’universalité de ces trois constitutions et souhaite une étude plus scientifique selon les races. Il est l’un des partisans de l’étude des médicaments homéopathiques sous l’angle physio-pathologique, amorcée par GRAUVOGL et SCHUESSLER, développée davantage par Albert MOUEZY-EON (1886-1976), dont les articles dans cette revue sont d’une fraîcheur étonnante. Pour plus de détails, voir notre chapitre sur les Constitutions dans les Dossiers de l'AOSH.

Auteur d’un grand nombre d’articles et de communications dans les congrès, il publie plusieurs livres: “Le traitement du rhume des foins” (1929); “De l’importance de la chimie et de la toxicologie dans les indications de Phosphorus” (1931); “L’homéopathie en médecine infantile (1931).
.

Son principale ouvrage:

“Comment guérir par l’homéopathie”
(LHF, 1929, 1937,...)

connaît de nombreuses rééditions jusqu’à nos jours (avec des ajouts de Léon RENARD) et reste l’une des références de l’initiation à l’homéopathie et une aide précieuse à la prescription

   

Retour


 

 

 
Copyright © 2002 ASSOCIATION ODONTO-STOMATOLOGIQUE D'HOMEOPATHIE
19, avenue de la République  91300 MASSY
Dernière modification : 13 novembre 2011