Retour

EVOLUTION DE LA PLACE DE L'HOMEOPATHIE
EN PATHOLOGIE DIGESTIVE
SUR 25 ANS DE PRATIQUE MEDICALE HOMEOPATHIQUE

APPLICATION A LA MALADIE ULCEREUSE :
HELICOBACTER PYLORI OU TERRAIN

 

 

Docteur André COULAMY

Médecin généraliste
Ancien Président de la
Société Française d'Homéopathie


     L'hépato-gastro-entérologie a subi ces dernières années de profonds bouleversements: non seulement en raison de la somme des nouvelles acquisitions, mais encore par le développement de techniques instrumentales nouvelles et remarquablement utiles au diagnostic et au traitement.    

     Ces techniques ont eu pour effets de négliger les informations données par la clinique, de transformer le gastro-entérologue en technicien supérieur et de permettre au médecin praticien, grâce aux enregistrements vidéos, d'avoir un accès direct aux informations visuelles.    

     Le médecin homéopathe a su bénéficier de cette évolution: habitué‚ à une séméiologie fine et circonstanciée, il sait extraire de la clinique un maximum de renseignements utiles au diagnostic comme à l'établissement du traitement homéopathique. Il peut prescrire avec discernement le - ou les - examens complémentaires indispensables en limitant leur nombre et leurs répétitions inutiles, économisant ainsi les deniers des patients et des organismes d'assurance.     

     Certaines affections digestives ont bénéficié d'importants progrès thérapeutiques. D'autres, d'étiologie encore mystérieuse, n'ont pas eu les mêmes avantages. La place que le traitement homéopathique peut prétendre occuper au sein de l'arsenal thérapeutique dont dispose le médecin est à définir non seulement pour chaque affection, mais aussi pour chaque patient en fonction des progrès de la médecine.    

     Tout est complexité‚ dans le malade digestif : le fonctionnel a priori sans gravité mais invalidant pour celui qui en souffre; le lésionnel souvent camouflé‚ et auquel il faut toujours penser; les alternances entre les troubles digestifs et une autre pathologie (cutanée, rhumatismale...). Enfin, et ce n'est pas le moindre, l'interaction omniprésente du psychisme qui brouille ou éclaire la vision globale du cas clinique.    

     Les organes digestifs sont souvent des organes cibles, points d'achoppement de perturbations à distance, résonnant comme l'écho final et audible d'un dysfonctionnement profond. L'homéopathie, grâce à sa conception particulière des maladies, permet d'aborder le malade digestif dans sa globalité. Elle propose des traitements curatifs mais aussi préventifs avec une quasi absence de pathologie iatrogène. 

     Certaines classifications anciennes ont été démembrées, à la lumière de la physiopathologie ou de l’histologie : si la dyspepsie est encore admise, on ne parle plus guère de dyskynésie et encore moins de petite insuffisance hépatique ; la gastrite n’a de définition qu’histologique ; la famille des virus hépatotropes s’est agrandie.  Malheureusement pour le malade, ces nouvelles conceptions ne correspondent pas toujours à une thérapeutique spécifique et efficace.
 

En 25 ans d’évolution de la médecine en pathologie digestive, quelle place peut encore tenir l’homéopathie ?

 



Cette place est variable selon les cas.
  

1.   Traitement homéopathique exclusif. 

 Lorsqu’il est suffisamment actif à lui seul, ou lorsque les autres possibilités thérapeutiques sont mal définies, peu efficaces, ou assorties d’une pathologie iatrogène non négligeable. 

2.   Traitement homéopathique associé à un autre traitement. 

n    association simultanée de deux traitements dans le but de renforcer la résultante thérapeutique tout en diminuant les posologies des médicaments chimiques (et diminution des effets secondaires).

n    Traitement homéopathique relais d’un autre traitement dans un but préventif.
 

3.   Traitement homéopathique d’indication relative. 

n    lors d’une intervention chirurgicale, en phase pré-opératoire pour faciliter l’intervention en préparant le malade ; en phase post-opératoire pour faciliter les suites ;

n    dans les cas très graves, dépassés pour une thérapeutique curative, le traitement homéopathique peut apporter au malade, pendant un temps certes limité, un confort fonctionnel qu’on ne saurait négliger. 

Dans beaucoup de chapitres de la pathologie digestive, l’homéopathie conserve le même intérêt qu’il y a 25 ans. C’est le cas pour : 

bullet

la dyspepsie

bullet

le traitement fonctionnel des nausées et des vomissements

bullet

le météorisme abdominal

bullet

les colopathies fonctionnelles

bullet

les colites inflammatoires chroniques

bullet

le traitement fonctionnel de la diarrhée et de la constipation

bullet

la proctologie

bullet

et l’ensemble des dysfonctionnements hépato-vésiculaires où les résultats de l’homéopathie sont bien supérieurs à ceux de l’allopathie.

Comme on peut le constater, le champ d’application de l’homéopathie reste encore vaste.
 

 Mais quid du traitement des ulcères gastro-duodénaux ?
 

TRAITEMENT
DES ULCÈRES GASTRO-DUODENAUX
 

Deux notions nouvelles et importantes sont apparues : 

1.  D’une part, des médicaments anti-sécrétoires nouveaux, en particulier : 

n    les antagonistes des récepteurs H2 de l’histamine, type cimétidine ;

n    et la famille de l’oméprazole. 

2. D’autre part, la prépondérance de la théorie infectieuse dans la physiopathologie de l’ulcère, avec la découverte d’helicobacter pylori, et les traitement antibiotiques qui en découlent, visant à guérir radicalement l’ulcère, permettant de stopper les anti-sécrétoires.  

MAIS :  

1.   Les anti-sécrétoires : 

bullet

ne sont pas efficaces dans tous les cas,

bullet

n’évitent en général pas les rechutes à l’arrêt du traitement,

bullet

sont parfois mal supportés obligeant d’interrompre le traitement,

bullet

sont chers (surtout la famille de l’oméprazole), et très réglementés dans leur prescription remboursable.

 2.   Le traitement antibiotique de l’ulcère : 

bullet

est très codifié, très recommandé, voire obligatoire,

bullet

est très séduisant dans son principe, car appliquant basalement le principe pasteurien : une maladie, un microbe, un antibiotique, le malade est guérit ,

bullet

malheureusement, on observe des échecs, comme dans tout traitement antibiotique, bien que les statistiques officielles soient plutôt flatteuses,

bullet

mes statistiques personnelles sont différentes, puisque je sélectionne les échecs du traitement classique, et je constate avec mes patients que traitement retarde parfois la rechute, mais de l’empêche pas toujours, et les anti-sécrétoires doivent être repris.

bullet

Dans ce cas, c’est-à-dire en cas de rechute, il est officiellement admis qu’ un nouveau traitement antibiotique a peu de chance d’être efficace si le premier n’a pas marché non plus.

 

      Cette mode de l’interprétation exclusivement infectieuse de l’ulcère fera, à mon avis,  comme le café : elle passera, laissant derrière elle certes, un atout supplémentaire pour l’étiologie infectieuse de l’ulcère, mais à côté seulement d’autres causes intriquées, comme les perturbations vasculaires de la muqueuse, le rôle de l’hérédité, des facteurs exogènes d’agression, et les perturbations du psychisme. 

      C’est-à-dire que l’ulcère gastro-duodénal quittera le statut d’infection de la muqueuse digestive, pour devenir ce que nous, médecins homéopathes, pensons qu’il a toujours été, une manifestation locale d’un dérèglement général. 

     A la lumière de cette analyse, quelle place l’homéopathie peut-elle espérer à côté de la chimie en apparence triomphante, dans le traitement de la maladie ulcéreuse ? 

1.  En aigu. 

L’efficacité habituellement remarquable des anti-sécrétoires a limité l’utilisation de l’homéopathie. Néanmoins, des médicaments tels que Sulfuricum acidum, Robinia, Kalium bichromicum, et d’autres sont toujours utiles lorsque les médicaments allopathiques sont mal supportés ou peu efficaces. 

 
2.   En chronique.
 

C'est là tout l’intérêt et toute l’originalité du traitement homéopathique.    

Comme nous l'avons vu, en cas d’échec du traitement antibiotique, il n’y a plus de traitement officiel pour stopper la maladie ulcéreuse, et les anti-sécrétoires doivent être continués pendant un temps indéterminé.    

L'homéopathie, par sa conception originale des maladies chroniques, permet une approche thérapeutique du terrain ulcéreux et, par une application élargie de la de similitude, permet de trouver une réponse aux perturbations profondes qui conditionnent ce terrain pathologique en interrompant le cycle désespérant des rechutes.    

     A cette étape du raisonnement homéopathique, prendre en compte les symptômes présents au moment de la crise est nécessaire mais non suffisant. Comme dans tout traitement homéopathique d'une affection chronique, la recherche du similimum se fera à partir d'un ensemble symptomatique évocateur et caractéristique:    

bullet

de la symptomatologie gastrique du malade, sans oublier les symptômes concomitants,

bullet

du mode réactionnel général de ce malade,

bullet

et de la matière médicale du médicament homéopathique.

     La confrontation de ces résultats permet de dégager une globalité de symptômes, c'est-à-dire non une accumulation de symptômes mal choisis, mais un ensemble symptomatique cohérent évocateur à la fois d'un mode réactionnel homéopathique particulier et d'un ou plusieurs médicaments homéopathiques.    

     Notons qu'un médicament de fond peut parfois être aussi le médicament de crise. 

     Par application de la similitude avec les données de la matière médicale et son index qu'est le répertoire, on pourra déterminer le similimum qui sera la solution thérapeutique de la maladie chronique, c'est-à-dire le traitement qui permettra d'interrompre la chronicité, de stopper la survenue des rechutes, réalisant ainsi un véritable traitement préventif et curatif de la maladie ulcéreuse. 

    Pour ce faire, la classification diathésique est bien pratique pour une première orientation rapide vers le traitement de fond. 
 

LE MODE REACTIONNEL LUETIQUE    

     C'est probablement la diathèse la plus impliquée. En effet, non seulement un grand nombre de médicaments de la lignée luétique sont, d’après leur matière médicale, des médicaments d’ulcère, mais parmi les caractéristiques du luétisme on retrouve la tendance chronique à l'inflammation et à l'ulcération des muqueuses, avec des troubles vasculaires de la micro-circulation de cette muqueuse.    

     Principaux médicaments: Argentum nitricum, Mercurius corrosivus, Sulfuricum acidum, Nitricum acidum, Luesinum.
 

 LE MODE REACTIONNEL PSORIQUE    

        Les manifestations gastriques sont souvent associées à des troubles hépato-biliaires et/ou à des troubles intestinaux traduisant les tentatives d'élimination de la surcharge psorique.

   L'appareil hépato-biliaire est considéré comme un grand émonctoire avec des faiblesses de fonctionnement. Les troubles digestifs peuvent alterner avec des pathologies non digestives (cutanées, rhumatologiques, urinaires).    

     Principaux médicaments: Lycopodium, Graphites, Sulfur, Psorinum.


LE MODE REACTIONNEL  TUBERCULINIQUE

     C'est surtout l'apanage du jeune.

     Médicaments: Kalium phosphoricum, Natrum muriaticum, Phosphorus, Sepia, Tuberculinum.

 

 LE MODE REACTIONNEL SYCOTIQUE    

     La sycose est la diathèse la moins concernée. Elle peut traduire une évolution plus défavorable vers l'hypochlorhydrie et la cancérisation. 

A. COULAMY

 

BIBLIOGRAPHIE

 

BOERICKE William : Pocket manual of homoeopathic materia medica
9th edition, Ed. Boericke & Runyon, Philadelphia ; 1927, 1042 p.

 CARTIER François : Traité complet de thérapeutique homéopathique
Ed Maloine, Paris, 1990, 934 p. 

CONAN MERIADEC Michel : L’homéopathie, conception médicale à la dimension de l’homme
Editions Boiron, Lyon, 1990, 381 p. 

COULAMY André: Homéopathie en pathologie digestive
Ed. Maloine, Paris, 1992, 352 p. 

HAHNEMANN Samuel : Doctrine et traitement homéopathique des maladies chroniques
Traduction de l’allemand par Jourdan
Ed. Baillière, Paris, 1846 

HERING Constantin : The guiding symptoms of our materia medica
Ed. B. Jain Publischers, New Delhi, 1982, 10 volumes 

KENT J.T. : Répertoire. Traduction de G. Broussalian
Edité par le traducteur, Grenoble, France, 1966, 1037 p. 

VANNIER Léon, POIRIER Jean : Précis de matière médicale homéopathique
Ed . Doin, Paris, 1958, 696 p. 

ZISSU Roland, GUILLAUME Michel : Fiches de matière médicale homéopathique : 150 médicaments
Ed. Boiron, 1989, 150 fiches

 Retour

 

 

 
Copyright © 2002 ASSOCIATION ODONTO-STOMATOLOGIQUE D'HOMEOPATHIE
19, avenue de la République  91300 MASSY
Dernière modification : 13 novembre 2011